le specialiste de l'allaitement

Qu'est ce qu'une consultante en lactation IBCLC?

Qu'est ce qu'une consultante IBCLC ?

A part ceux qui en ont croisé une à la maternité par chance, et d'autres qui se sont informés spécifiquement, peu de parents connaissent l'existence des consultantes en lactation.

Voici de quoi éclairer un peu la lanterne des personnes qui ignorent tout ou presque de cette profession un peu particulière.

 

 

Qui est-elle?

La consultante en lactation IBCLC a suivi une formation spécifique en allaitement et a obtenu un diplôme pour cela. L'organisme qui dispense cette formation est agréé par une instance internationale, l'IBLCE (International Board of Lactation Consultant Examiners = conseil international des examinateurs de consultants en lactation).

IBCLC est le sigle de International Board Certified Lactation Consultant, qui signifie : consultant en lactation certifié par le conseil international.

Pour se présenter à l'examen, il faut pouvoir justifier d'être issu du milieu médical ou au minimum scientifique, et d'un certain nombre d'heures de soutien à l'allaitement, bénévole ou non. Il faut avoir, en plus de la formation, réalisé plusieurs stages, et un mémoire sur un thème concernant l'allaitement.

Elle peut être sage-femme, médecin, infirmière, puéricultitrice, auxilliaire de puéricultrice, pharmacienne…. Ses profils sont variés! Je précise au passage qu'il y a quelques hommes dans la profession!

 

Que fait-elle?

La consultante IBCLC est LA professionnelle de l'allaitement.

Elle sait accompagner les femmes pendant tout l'allaitement, de sa préparation pré-natale, à la dernière tétée en passant bien sûr par les tous premiers instants de la naissance.

Elle sait reconnaître les pathologies liées à l'allaitement et donner les premières informations qui y sont relatives. Si elle est sage-femme ou médecin, elle peut en outre prescrire les médications adaptées à la situation. Dans le cas contraire, elle adressera sa patiente à une consoeur ou un confrère pouvant réaliser la prescription.

La consultante IBCLC sait comprendre et soutenir les femmes là où elles en sont de leur projet d'allaitement : difficultés de mise en place, reprise du travail, sevrage.

Comme l’allaitement nous renvoie souvent à nous-même, à notre vision de la parentalité, de la vie et des valeurs, mais aussi à des situations de notre enfance, l'aspect psychologique est immense. La consultante sait aider les femmes à y voir plus clair lorsqu'elles ne savent plus où elles en sont.

En bref, lorsque vous avez mal aux dents, vous allez voir un dentiste, et lorsque vous avez mal à votre allaitement, vous allez voir une consultante IBCLC.

 

Où est elle?

Cette spécialité est largement reconnue dans les autres pays de l’union européenne pour lesquels les taux d’allaitement sont bien plus élevés qu’en France. Elle n'est malheureusement pas reconnue à sa juste valeur dans notre pays.

Et pourtant... pour pouvoir continuer à dire qu'elle est consultante IBCLC, la professionnelle doit se former en continu. Tous les cinq ans elle doit justifier d'une certaine quantité d'heures de fromation (pas du tout anodine je vous le garantis), et tous les dix ans elle doit repasser l'examen de consultante. Vous en connaissez beaucoup vous, des spécialités où l'on doit ainsi justifier qu'on est à la page?

Donc, la consultante IBCLC, telle une perle rare, n'est pas facile à dénicher (et ce d'autant plus que vu, que c'est une spécialité non reconnue, une sage femme par exemple n'a pas le droit d'afficher sur sa plaque ou sa carte visite qu'elle est IBCLC...). Si vous n'en trouvez pas dans votre secteur, contactez des personnes ressource dans votre maternité, dans l'association locale de soutien à la parentalité, ou auprès de Grandir Nature, qui dispose de sa propre consultante IBCLC pour les premiers conseils et la formation de ses équipes.

 

 

Douleur et lésion au mamelon : peut-être de quoi anticiper les crevasses ?
La douleur aux mamelons est si présente, si fréquente, dans la société, qu’on a fini par la considérer comme « normale » lorsqu’on allaite.
Combien de jeunes mères tardent à demander de l’aide parce qu’elles ont entendu une mère, une amie, une sœur se plaindre de douleurs en allaitant et banaliser ce qui pourrait être évité ?
Je me rappelle de voisines âgées de 80 ans, heureuses de me parler de leur allaitement et qui évoquaient leurs "gerçures". Ce problème n’est donc pas si récent en France ! Et il continue ! Soyons clairs, la douleur en allaitement voire, la douleur « tout court » n’est pas normale.

Lire la suite du dernier article du blog...

Grandir Nature, c'est PLUS DE 40 MARQUES qui vous
accompagnent au quotidien, de la grossesse à l'allaitement.

Découvrez nos marques...